logo CCC
 
Inaccessibles rêves que nul ne peut détruire
Plus beau que tous les fruits que la terre a portés
Plus riche que les Dieux n’auraient imaginé
Les miens sont éternels et n’auront pour supplique
Que la force de ma pensée

Dans la nuit sans lune
ma parole est reine
dans l'ombre et la brume
ma joie se déchaine
artistes lumières
douces déraisons
larmes solitaires
chaudes illusions

Doucement ta main me mène au sortilège des mots muets
Et mes larmes masquent mes paroles mortifiées
Et mes rêves vagabondent avides et pervers et vulnérables
Et ma voix vocifère, vomit et vacille
Et mes mots mutilés maudissent mon silence
Et la magie mortelle des muses maladives
Maléfiques merveille module ma souffrance

Gisant sous la ferveur amère d'un funeste silence le voile impénétrable de la nuit se déchire et se tait
Fatale sérénade pour parole perdue la rumeur du jour hurle son innocence

Ma chance est partie par le chemin silencieux des jours sans lunes
La lumière d'une nuit magique éclabousse mes larmes endormies
Douce Farandole des mot qui valsent sous la brume
La pénombre surgie des sources profondes de l'ennui
m'attire inexorablement dans son gouffre infini
Et pleure sur les ombres que profile la dune

Et puis le vent s'en est allé
au bout du firmament
dire aux étoiles étonnées
la belle histoire du petit prince
du petit prince cannibale
dont la bouche muette avalait les étoiles
avalait l'univers
pour sortir de l'enfer
pour tuer le néant
pour exister
comme un enfant

Pour que tes yeux me regardent encore
Pour que mes rêves se prennent au jeudi
Pour parler tes amours avec toi
Pour parler de nos tendres printemps
Donne-moi tes envies donne-moi ton pourquoi
Parle-moi de toi

Je suis le fastueux parleur qui ne dit mot
Du matin jusqu’au soir mes paroles s’envolent
Silencieuses farandole dubitatives et folles
Fuyantes comme le vent qui domine les âmes

 



Créer un site
Créer un site